Plaisance

Pour la novillada du 14 juillet, la peña Vivement Cinq Heures a su choisir un joli lot de novillos du  domaine de Sainte Cécile et a fait appel à trois jeunes novilleros : Alejandre Gardel pour sa dernière novillada non piquée, le tout jeune Jésus Mejias et le landais Antoine Madier.

Mais cette jeunesse les a desservis lors des mises à mort, Antoine Madier se faisant même projeter en l’air lors de sa dernière estocade, heureusement sans gravité.

Côté infirmerie, nous n’avons eu à intervenir que pour une estafilade, Antoine, le valet d’épée, s’étant taillé légèrement l’index en nettoyant l’épée. Un simple pansement lui a suffi.

Comme quoi le danger peut survenir dans le callejòn. Et ce n’est pas le peón Morgan qui nous démentira, car, bien abrité derrière la talenquère, il a vu passer tout près de son visage la corne du toro.

Au final, une seule oreille pour Mejias qui nous a proposé de belles poses de banderilles.

La peña Al Violin a été récompensée pour sa qualité musicale, et nous avons apprécié le chant qui a accompagné la faena de Gardel.